Les Dames de Quintefeuille

Il y a 4 ans, en 2009, prise d’une rage subite après avoir essuyé un rejet  de plus ( je les collectionne), j’ai résolu d’écrire et d’amener à terme un livre ( petit) en 1 mois. En effet, le challenge était d’écrire au moins 150 pages en trente jours.

Pari tenu, trois semaines plus tard j’écrivais le mot FIN au bout des 176 pages  d’un petit livre sans aucune prétention, bon à mettre « entre toutes les mains », simplet et gnangnan au possible pour ceux qui cherchent les grandes envolées littéraires, mais qui nous a procuré de grands éclats de rire, mes deux amies et moi nous nous étions bien amusées du début à la fin.

Car je ne l’ai pas écrit seule ; bon, ok, j’ai inventé l’histoire, les personnages, la trame et tout ce qui s’ensuit, oui. Mais ce qui est le plus important pour un auteur dans mon style, c’est le soutien quotidien, inlassable, et la présence amie que rien ne rebute.

J’ai donc été soutenue, et souvent à bout de bras, par deux amies d’internet, ma regrettée amie Québécoise YOLI, qui nous a quitté pour toujours en septembre 2012 ; et mon amie d’Aubagne, MIMI, qui me secouait comme un prunier chaque fois que je faisais mine d’abandonner le challenge. Leur présence m’a permis de terminer l’ouvrage en moins de temps que prévu, puisqu’il fut terminé au bout de 21 jours (et nuits)  exactement.

Les Dames de Quintefeuille a d’abord été édité  sur papier  dans les mois qui ont suivi. Je l’ai distribué à ma famille et à mes amis. Aujourd’hui, j’ai opté pour l’édition en e-book, et si vous voulez avoir un aperçu du phénomène, il vous suffira de cliquer  sur LES DAMES DE QUINTEFEUILLE   : vous pourrez lire les 30 premières pages  et même plus, si vous embarquez dans l’histoire.

Et n’oubliez pas : toute critique est bienvenue, merci !

_______________

1 ) ( heu ? c’est aussi mon premier essai d’édittice de e-book j’ai donc besoin de toute votre amicale indulgence en ce qui concerne aussi la mise en page, le graphisme and everything else in between. ) 

  1. je m’en souviens et ce fut un rare plaisir, Yo et moi te suivions pas à pas et on « rouspétait » quand la suite tardait, rire, le livre de l’amitié qui transpire dans chacune de tes lignes ; de la belle ouvrage la puce, encore et toujours bravo. bisous

    • ah oui, ça pour rouspéter, ça rouspétait ferme – et maintenant, la même chose avec Le Pont, mais hélas, en duo seulement – mais on le finira : celui-là, il traîne depuis 2 ans, le challenge n’a pas marché. Toujours et encore merci, Mimi, pour les coups de pieds au luc !

  2. j’ai repéré quelques anomalies de mise en page et quelques fautes de frappe (si peu ! 😉 )
    si tu veux, au mois de juillet ou août quand ça sera le calme plat chez moi, tu m’envoies le texte et je te le relis (et corrige) 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s