Les arbres de Monsieur le Maire

La maison blanche se prépare pour l’hiver, l’étage est (presque) terminé, il ne manque que la moquette dans les chambres, et ensuite, y porter les meubles, accrocher les rideaux, et s’y installer. Enfin, nous quitterons cette horreur de pièce au petit finestrou plein nord qui ressemble ( la chambre) à un puits, et dans laquelle (chambre) j’étouffe depuis six mois.

Car il y a six mois que nous sommes là et  nous avons avancé dans les travaux, certes, mais ils sont loin d’être terminés.

Coté jardin, nous avons planté d’autres arbres. Les dogwood, Ariana, se sont presque multipliés par deux, grâce à l’été torride, les arrosages et la pluie des deux dernières semaines. Je n’ai aucune, mais alors, là, absolument aucune idée de comment les protéger pour l’hiver.  On va piocher Gougueule.

On a découvert que notre brave mairie offre des arbres gratuits à ceux qui en veulent  sur leurs  “boulevards”, platebande d’environ  1,25 m de large qui se trouve entre le trottoir et la rue. Contacté, le groupe qui s’occupe de ces plantations nous explique qu’ils reçoivent un maigre viatique de la part de la Mairie, qu’en vérité  les arbres proposés viennent des parcs et jardins municipaux, sont effectivement gratuits et beaux, mais que chaque propriétaire doit aider à la plantation et ensuite veiller au bien-être des arbres toute leur vie.

Qu’à cela ne tienne, rétorquais-je ( admirez au passage ma façon de rétorquer) nous sommes amis des arbres, nous les arroserons et les chouchouterons, nous chasserons les chiens et les mauvaises gens épingleurs d’affiches en tous genre qu’ils clouent et oublient sur toute surface verticale et en forme de cylindre. Pas de ça sur nos platanes. Car ce seront des platanes, ou des érables, ou des cerisiers du Japon, ou … il y a 32 différentes sortes d‘arbres à choisir.

Plantation prévue en octobre. On sera là pour faire la fête tous ensemble, et du coup, j’ai osé aller demander à la banque voisine de profiter de “notre” plantation pour en faire autant, car leur trottoir désertique n’est pas très hospitalier. Je ne sais pas quel langage j’ai employé, mais le directeur, consulté, m’a même remercié !  Les caissières aussi, qui n’ont pas tellement l’occasion de faire la fête pendant leur temps de travail.

Donc, prochain épisode jardin, ce sera à l’extérieur, dans 2 ou 3 semaines, et vous aurez des photos, indeed.

  1. Tu as un maire sympa dis donc ! et tu vas choisir quelle sorte d’arbre ?
    Dis, c’est trop tard pour s’inscrire au concours ?

  2. Charmine, Ma’, j’habite dans une petite ville qui, à l’origine ( au 18ieme siecle) etait une foret. Ils ont peu a peu tracé des avenues, larges, dans la foret et deboisé juste ce qu’il fallait pour construire les maisons, en bois, le plus souvent avec les arbres abattus.

    Au cours des siecles, les municipalites se suivant sans se ressembler, on a plus ou moins bien respecté la foret.

    Dans les annees 50, ce fut le grand abattage, on détruisait tout pour refaire en : »moderne », pelouses sans aucun arbre, pas de fleurs, tous vert lisse et horizontal.

    Mais depuis une vingtaine d’année, on recommence de respecter les arbres qui restent, et on a entrepris de replanter, ce qui donne ce service « Re-Tree ». J’ai eu la chance d’en entendre parler lors d’une reunion de voisinage, et voila.

    Charme, je te cherche la liste complete.

  3. tu es une faiseuse de bonheur, toi, c’est bien. Ici aussi, on redistribue des arbres gratuitement, principalement pour repeupler ceux décimés par les tornades. Nous en avons déjà perdu deux.

  4. J;ai vécu les vingts premières années de ma vie, celles qui comptent double quoiqu’on en dise, dans un petit village du Narbonnais sec et aride, un vrai paysage mediterranéen, rochers blancs, vignes, terre calcaire, pins bleu marine, cyprés noirs, amandiers, figuiers, oliviers, grenadiers, kakis. PLus tard, Toulouse la Rose, Paris la Grise. Un jour je découvre mon Amérique et ses arbres. Je n’ai plus voulu aller habiter ailleurs : parce que ailleurs, les arbres me semblent nains.

    Ariana, deux des TES arbres de ton jardin, ou du boulevard ? Deux que tu avais fait planter au printemps ?

    Merci pour tes lunettes roses, je voudrais bien n’être que cela, une faiseuse de bonheur, c’est chouette comme job, dis donc !

  5. non, des arbres de mon jardin, pof, tombés en plein sur la chaussée, les flics jusqu’à deux heures du mat pour fermer la route, les services municipaux pour dégager… On en fait abattre un autre la semaine prochaine, il est malade. Je vais jouer les Idefix, je sens.

  6. Bien que je sois malade à l’idée de faire abattre un arbre, s’il est malade, c’est urgent sous nos climats: chez toi, les ouragans ; ici, je me souvien s d’il y a deux ans (ou 3 ?) the ice storm, les rues, les avenues, les routes bloquées , des arbres centenaires partagée en deux, des branches enormes tombees partout ET sur les voitures : heureusement au milieu de la nuit, donc pas d’accident corporels. Mais des degats non-remboursés par les assurances, puisque c’est un sinistre dont seul le Créateur est responsable, d’apres eux !

    Avez-vous aussi des tempêtes en hiver ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s