Mal-heur

Il y a des jours comme aujourd’hui, avec des trop.

Trop de ce tout qui est l’envers du pas assez. On déprimerait vite à ce rythme, mais non. Il y a les garde-fous du passé, de l’histoire, des années mortes. Les rambardes de la camarde, les balustrades à Monte-Carlo, et les récifs dessous, aiguisés, malveillants.

Des jours comme aujourd’hui qu’on voudrait ne pas vivre et qui seront demain finis, ombre des heures loin de tout .

On voudrait donner ces jours. Les porter à quelqu’un, et s’en débarrasser. Le premier venu fera l’affaire, il reçoit la surcharge. La première hirondelle  s’enfuyant en zébrant le ciel de son vol  dru.

Il y a des jours comme aujourd’hui  lisses et pleins de choses lourdes. Tout ce que nous savions sans prononcer, les mots maudits, maladie, amours mortes,  suicide, divorce, échec ou pauvreté. Des jours lourds plein de trop qu’il nous faut déverser.

  1. je ne sais pas si c’est juste une expression poétique ou le journal d’un vrai mauvais jour ?
    j’espère que c’est la première hypothèse…

    • Merci, ma-Dame, hélas, c’était la seconde, mais ça passe, ça va passer, on va se battre – j’adore ça, me battre contre toutes formes d’injustices. Et ce n’est que la seconde fois que ceci lui arrive en 5 ans ! Passé 60 ans, l’homme-travailleur n’est plus bon à rien parait-il. hum, hum…
      Merci encore, et bon week-end ecriveux et lectureux. ( moi, je profite enfin de la présence de Mr Chron un samedi, oui, oui ! et demain aussi, le bonheur complet. Finalement, ce n’est pas si mal, tu vois ? )

    • Ce n’est pas une question de santé, et si tu as lu mon precedent message, te voilà rassurée : un coup de blues, un sale coup pour Mr. Chron, nous ne nous y attendions pas du tout, ça nous a touchés en pleine gueule. Mais il y a des avantages, aussi : sa présence, et nous voici en grandes vacnaces. C’est chouette aussi 🙂
      Merci pour ton cri du coeur, Marie, une amitié vraie envoyée à travers des milliers de kilometres en dix-huit mots, c’est magique 🙂

  2. C’est un vrai mauvais jour, mais comme souvent face aux coups durs, on s’écroule et puis, le lendemain, on commence de remonter à la surface : voici ce qui en est.

    Mon mari a perdu son emploi, ce qui s’appelle ici « wrongful termination ». Agé de 67 ans, il a ete victime de age discrimination, et ce sera le sujet d’un ou plusieurs articles pour mettre en garde les expats qui ne sont pas informés qu’ici ( aux States) on a les moyens de se battre contre ce genre d’abus.

    C’est bouleversant, terrifant, mais il ne faut p as baisser les bras ; nous avons beaucoup de travail en perspective pour faire prevaloir ses droits, mais nous ne sommes pas seuls : il y a des organismes qui aident, qui sont là pour ça, et qui aident gratuitement ( bien entendu, si on a les moyens de s’offrir, en plus les services d’un avocat qualifié, c’est la cerise sur le gâteau) .

    Merci Madme de K, merci, Marie, merci Ma’, vos commentaires sont doux à mon coeur ce matin.

    ___

    La suite à venir.

  3. what??? Desolee, Lise, je n’ai pas pris le temps de tout lire du fond de ma Floride, et j’apprends la dure nouvelle. Bon, et bien s’il y en a une qui saura se battre, je sais que c’est toi.
    des bises d’encouragement.

  4. OUi, on va se battre, on a commencé, ce sera très long, nous sommes déjà passés par là en 2007 et nous avons un bon avocat, heureusement. C’est à la fois terrible et assez marrant ( quand on y reflechis ) mais il faut bien être conscient qu’ici, chaque famille doit avoir un bon « attorney » au même titre qu’un bon médecin de famille !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s