S’ils y arrivent, c’est qu’ils sont forts

Depuis que j’habite ici, je n’ai jamais vu que quiconque soit jamais parvenu à imposer quoique ce soit à un Américain.  N’importe qui sait bien que la liberté est la base même de la Constitution. Alors, leur imposer d’acheter une assurance santé ? ils  auront du travail

La Cour Suprême en discute. L’affaire traine depuis l’arrivée de O. dans le salon ovale.  Elle avait commencé avec le projet Hillary, au lendemain de la montée au pouvoir de Clinton, il y a 20 ans. Ce fût, vous vous en souvenez, un fiasco complet.

L’idée revient, couci-couça. Elle ne donne rien, retire la liberté de choix, fait les choux gras des compagnies d’assurance privée. Si elle passe, elle imposera une dépense que l’Américain moyen considère comme une taxe déguisée. Les politiques s’en mèlent, on tire à hue et à dia, la Cour Suprême agite ses grandes manches dans le secret de ses délibérations.

Et Monsieur O ajoute quelques cheveux gris supplémentaires à ceux dont il commence à être largement pourvu. Finalement, je les plains, ces présidents : en quatre ans, ils perdent vingt ans de leur vie : le jeu en vaut-il la chandelle ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s