Du panelling et comment s’en passer.

ça n’a pas l’air comme ça, mais ce « sera » le bureau … 😉

~~~~

Jimidi ne connait pas le panelling, ce truc infâme qui a fait fureur pendant au moins trente ans dans la décoration américaine. Si tu achètes une maison construite avant 1980, tu es sûr de trouver au moins une pièce dont les murs sont recouverts de panelling.

Mais c’est quoi cette bête ?

Ce sont des panneaux rigides ou semi rigides, anciennement en bois, mais que l’on trouve maintenant dans des composants plastiques, hélas, et amalgamés. Super minces, ils s’appliquent sur les murs intérieurs et n’ont d’autre effet que décoratifs. En vérité, ce sont des cache-misère, ils dissimulent les imperfections des murs et cloisons. Quand on saura que le plâtrage traditionnel n’existe plus aux USA depuis belle et vilaine lurette, on comprendra mieux le besoin de ces panneaux.

Le procédé du panelling – recouvrir les murs intérieurs avec des panneaux de bois – existe depuis la haute antiquité si nous en croyons Vikipedia-ki-cé-tout. Il s’agissait alors de bois précieux, sculpté, et parfois odorant. On n’en est plus là au bout de vingt siècles.

Ajoutons à ceci que, il y a trente ou quarante ans, la grande mode était aux pièces sombres. Poussant le vice jusqu’à son extrême, Ils ( qui qui ?) ont remplacé les fenêtres des deux petites chambre du rez-de-chaussée, ET de la cuisine ( oui, vous lisez bien !) par des sortes de trucs qu’ils ont dû racheter au rabais lors de la démolition d’une prison, finestrous de cellules haut perchés et réfractaires à toute tentative de fuite par leur exigüité. De plus, elles ont nos fameux moustiquaires, savez ? Mais elles fonctionnent très bien, je veux dire : elles S’OUVRENT, heureuse surprise dans une vieille maison.

Réfractaire aussi, ces finestrous, à toute entrée dans la maison, mais nous, Monsieur Chron et moi, on s’en fout, on n’a peur de rien : donc, sur la liste des choses à faire d’urgence, re-remplacer ces fenêtres par des normales les plus grandes possibles.

Retour au panelling, et d’abord, le bureau : c’est une pièce située à l’angle est, avec une de ces fenêtres ouvrant sur le jardin plein sud et, pour accentuer l’aspect pénitentiaire, les murs sont recouvert de panelling marron sombre sur trois cotés. Ca donne ceci :

Comme le propriétaire de ce temps là ne lésinait pas sur le matériau employé, c’est du “beau” panelling, et bien posé, le bougre. Résultat : ça va nous couter des jours de sueurs et chapelets de jurons pour nous en débarrasser. S’il ne nous faut pas un marteau piqueur …

On pourrait les peindre ? Oui, c’est ce que j’ai fait à la maison bleue, mais c’est du pis aller, le résultat est décevant, il faut combler les rainures de chaque panneaux avec de l’enduit avant de peindre, bref, too much time consuming. Tapisser, peut-être ?

Le seul avantage du panelling, et il est de taille par nos temps de disette énergétiques : lorsqu’il est bien posé, c’est un excellent isolant thermique et acoustique.

Le panelling a ses adeptes irréductibles. On leur offre des variations à l’infinie,  du faux marbre aux fausses pierres, fausses briques, en toutes couleurs et formes, toujours dans les dimensions de 4’ x 8’ (1.20 m x 2.40 m).

Cout :

– la plaque de 4 x 8 ( pieds) soit environ 1,20 m x 2,40 m en vrai bois ( waimscoat) 100% se trouve à Home Depot pour $79.90 la plaque
– Même dimension, GP Williams, $10.97 la plaque , toujours à Home Depot

  1. C’est bien de voir « beyond what’s there », qualité que peu d’Américains possèdent. Ils aiment acheter des maisons où même la déco intérieure leur plait, sans toujours voir qu’en repeignant ici ou là, tout peut avoir un nouvel aspect.

    Moi, je refais mon jardin.

  2. oui, tu refais ton jardin, tu devrais venir ici d’un coup d’aile car tout est à faire, mais il parait qu’il faut patienter un an ou deux, je ne sais pas
    Tu en parles sur ton blog ?
    Tu fais quoi ?
    Tu plantes des arbres ?
    Qui va s’en occuper, ensuite ?
    Tu fait un jardin pour le Titi ?
    Une terrasse ?
    Un pit ?

    Je vois au premier coup d’oeil les volumes d’une maison, les cloisons à abattre, les portes à fermer, celles à ouvrir. Surtout, l’exposition de la maison est importante, c’est ce qui compte pour moi : soleil, clarté.
    Puis, le coup de foudre, on l’a ou non, et c’est l’essentiel.

    Coup de foudre un jour, pour une bergerie à 1.975 m d’altitude au dessus de Mgève en plein alpage – qui etait à vendre, l’alpage. On l’a acheté, on n’a rien transformé, il n’y avait qu’une source, pas loin, et des bougies. Ca a duré 3 ans, on était jeunes et pleins d’ardeur. C’était avant la naissance de mon Titi à moi : avec un bébé, je n’aurais pas osé.

    Je la regrette encore, ma bergerie en vrai pierres. Les jours d’orage ( et les orages des Alpes, hein ? ) il n’y avait pas une goutte à l’intérieur, pourtant elle avait un toit en lauzes qui n’avait pas ete touché depuis plus de cent ans. Et une cheminée qui ne fumait pas.

  3. Je suis toujours un peu effrayé de voir la rage avec laquelle les nouveaux propriétaires démolissent. Mais attention, perso, je n’ai toujours été que locataire, ce qui m’interdit par exemple de toucher aux atroces carreaux jaunes de ma cabine de douche. L’autre raison pour laquelle je n’envisage des travaux qu’avec une extrême circonspection, c’est bien sûr la paresse.
    Mais revenons à cette question infiniment sérieuse de savoir pourquoi les nouveaux propriétaires emménagent une masse à la main. A bien y réfléchir, je me demande s’il ne s’agit pas avant tout, et surtout avant des questions pratiques (vétusté, re-distribution des pièces, mise aux normes, par exemple) d’une question psychologique, comme s’il s’agissait, par une pratique quasi sacrificielle, d’exorciser l’ancienne présence pour lui substituer la sienne. Mais s’il s’agit bien de marquer son territoire, peut-être serait-il plus rapide et plus simple de pisser dans les coins, non ?

    Parce que là, franchement, s’il s’agit de virer du mur un matériau pour le remplacer par l’équivalent, alors même que tu dis qu’il est de qualité et qu’il isole : à quoi bon ?

    Ceci dit, je ne suis pas aveugle (ni fainéant) au point de ne pas voir que tel quel, il est moche, le « panelling ». J’en conviens tout à fait. C’est surtout SOMBRE. Mais à supposé qu’il s’agisse bien de vrai bois (ce qui reste à établir), perso, et même si ce n’est pas le plus facile, je m’orienterais plutôt vers un décapage/ponçage puis traitement de surface pour arriver à un bois clair, balnéaire, ou bois vieilli gris clair parce qu’en ce moment j’aime bien.

  4. (Je continue d’enfoncer le même clou. M’en fous, je suis pas chez moi…)

    En plus, tu va l’enlever, et tu ne sais pas ce que tu vas trouver derrière. Ou plutôt si, tu vas trouver (entre autres) les fils électriques et si ça se trouve les tuyaux du chauffage, qu’il faudra de nouveau camoufler…

    Mais bon, tu as encore deux bonnes années devant toi avant de transformer ce bureau en chambre d’ami : je n’ai prévu d’aller faire un tour par là bas qu’en 2015.

  5. ici on appelle cela du lambris , non ?
    Nous en aviosn dans notre ancien chez nous, mais en pin, blanc cerisé (cérusé ???), dans le salon, en violet dans la chambre de la miss. On a peu le courage de le virer. Dans le salon ça le faisait, la chambre, bon pour une apprenti danseuse (etoile hein) et princesse (du monde of course) , ça passait encore.

    Bon courage, on peut aussi avoir de belles surprises qiand on « décolle » : des copains on découvert en bretagne, un sublime parquet en chêne de chez chêne , qualité incroyable …. sous du lino !

    • Oui, c’est du lambris, et ici c’était une veritable rage, il y a 30 ans : ils en mettaient partout, j’en avais même dans la cuisine, dans la maison bleue, oui, oui.

      Une autre rage, c’etait de faire des chambres, ou des salles de sejour dans la cave. Sans fenêtre ou alors des finestrous comme les miens que je vais m’empresser de virer dare-dare. Donc, dans les caves, et en plus ils mettaient du panelling presque noir. Je te dis pas … Ajoute à cela que dans cette atmosphère riante et lumineuse, on passait en boucle les films noirs de l’époque, tu sortais de là bonne à prendre rendez-vous chez l’époux d’Ariana sans attendre !!!

      Helène, pin blanc cérusé, ce doit être joli. Violet chez la Princesse Etoile, pourquoi pas ? c’est une couleur qui incite à rêver.

      Si je comprend bien, « ils » ont reussi à vous fourguer leur panelling, les copains US ?? en le rebaptisant …

  6. JIMIDI, non, mais non, tu n’y es pas du tout MAIS ALORS PAS DU TOUT DU TOUT – bon, j’arrête de crier…

    Et d’abord, j’en ai une autre ( chambre d’ami ) au premier étage a coté de la salle de bain ( qui reste à faire, neuve)

    Donc, le panelling : il n’est PAS en vrai bois, mon pauvre ami, il RESSEMBLE a du vrai bois, mais non, c’est pas. Une des raisons, je ne supporte pas les materiaux qui font semblant.

    Ensuite, oui, l’autre raison de l’enlever, c’est que c’est sombre. Tu penses bien que si on pouvait y passer un coup de tondeuse .. heu, ponceuse, Monsieur Chron, qui vit les outils à la maisn, y aurait dejà remédié, mais NON, comme tous ces materiaux de synthèse, ils sont rebelles à toutes possibilités, je te dis, sauf peindre, ou poser du papier peint. Non, je ne poses pas de papier peint dans un bureau, non, non. Peindre ? Powder blue ou Almond green tres clair. Ou .. ( ?? ) taupe ? mais alors à peine, hein .. un soupçon.

    Dessous le panelling, et oui, c’est là qu’on s’amuse, habituellement… Mais ici, non, tout est encastré, donc, dessous, normalement, on doit avoir une espèce de placo.
    Avec des trous partout parce que pour faire tenir le panelling, on enfonce des taquets dans les murs. Gros, les taquets.
    _______________

    Dis, tu ne crois pas que nous serons tous un peu beaucoup trop séniles si vous ne venez QUE dans 3 ans ??

    Mouahahah !
    ________________

    Bois vieilli gris clair avec des reflets argentés par les embruns de l’océan, superbe, mais c’est sur la côte… et à l’extérieur des maisons – tiens, tu me donnes encore une autre idée pour une prochaine chronique : les maisons de l’East Coast.

    • Rhô, ben si ce n’est même pas du vrai bois, alors pas de pitié : oust !
      Ça me fait penser que je suis allé sur le site du fabricant au bout de ton lien. Il y a là bas une vidéo qui est juste effrayante. Tu vois « Le projet Blair Witch » ? C’est Disney, à côté.

  7. nous, on a acheté la maison telle quelle ici, il y a 4 ans, on a juste repeint les chambres, et ma salle de musique.
    Oui, je ferai des photos, c’est une grande entreprise, de refaire ce jardin, et l’architecte est un personnage! a suivre donc, début des travaux on espère dans trois semaines, mon papa sera la!!!

  8. S’il aime la terre et les jardins, il sera heureux, ton papa, Ariana – ah ce sera un beau mois d’avril, donc !!
    Keep us informed !

    • Tu me manquais, madame de K., je suis venue te voir plusieurs fois et j’ai même laissé des traces de mon passage chez toi, sans trop insister, je dois dire. Un peu penaude, moi.
      Je donne dans la chronique, main’nant, tu vois ?
      Welcome, reviens nous, on parle maisons et y’a aussi des fois qu’on écrit 🙂

  9. Nous en avions un pan de mur dans le salon que mon mari detestait. Au bout d’un an, n’y tenant plus, il a fait venir un gars pour l’enlever et donner a ce mur la meme texture que les 3 autres. Intense satisfaction! Dans la family-room, 2 pans autour de grandes fenetres. La, on a peint dessus, en bleu-gris, pour donner un style beach cabin, ou les imprefections sont les bienvenues. Bon courage! Tu nous montreras les photos before et after???

  10. Coucou, Flo, OUI j’essaie de me perfectionner en art photographique avec le malheureux appareil que j’ai et qui date de Mathusalem le père ! Et je fais des photos, mais il me faudrait un appareil qui me donne plus de recul – je ne connais meme pas les termes techniques, champ de vision ça s’appelle, je crois ?

    Le bleu gris beach cabin , c’est ce que j’aime et j’en ai usé et abusé dnas la maison bleue, donc, je pense que je vais prendre la tangente, et me tourner vers une couleur opposée, ou bien des jeux de couleurs comme aqua et vert pomme,
    Vous n’auriezx pas d’idées pour une cuisine ? J’ai deja usé ROUGE dans la cuisine de la bleue – heu, oui, tres patriotique, lol!

  11. Ah les lambris qu’on trouve en toutes matières… J’en ai en « vrai bois » ici mais bon, j’en ai qui a « éclaté » sous l’effet du froid sec de cet hiver (oui dans ma maison, faut dire qu’elle est, dans certaines pièces, pleine de courants d’air « direct de dehors » et que le lambris en question, il doit pas être bien épais ! ), du coup ça fait pas si bien que ça… J’en avais en « faux bois » (oui d’ailleurs, c’était en quoi??? ) dans l’appart dans la chambre de Mademoiselle Troisième (qui était une chambre d’amis à l’époque où nous n’avions pas d’enfants.. ). On les avait fait peindre en « rouge brique vif », ça a bien tenu dans le temps et la couleur était sympa !
    C’est malin, tes photos, ça me rappelle un endroit où j’ai vu du panelling comme celui-là, mais je ne sais plus où…

    Et je pense toujours à ta question « mousse » mais je crois que je sèche (à part des peu écologiques désherbants sélectifs ??? ça existe pour certains types de mauvaises herbes alors sans doute pour les mousses aussi ) . C’est bizarre je pensais en avoir sur ma pelouse aussi mais je n’en vois plus (et je n’ai rien fait)…

  12. la mousse, elle serait dû aussi a la secheresse, va comprendre !
    On va demander à Jimidi qui s’y entends en jardins, en arbres et en mousses. Même s’il clame à tous els échos qu’il n’a qu’un balcon – et c’est même pas vrai, il y a un jardin dix fois plus grand que le mien chez son Papa.

    • C’était quoi, la question de la mousse ? Elle est dans une pelouse ? Entre des dalles ? Sur une allée ? Dans bac à vaisselle ? Sur un gant de toilette ?

      • l’horreur ( le gant de toilettes, beurg ..)
        Bon, alors, elle est dans la pelouse, une pelouse en pente douce toute exposée plein sud, va comprendre ?

        Je poste un article spécial mousse pelouse, ça peut intéresser des lecteurs et trices.
        En tous cas, je suis sûre que Ma’ sera contente, et Ariana aussi – bien que la mousse, en Alabama, elle soit plutot sur les arbres chevelus, si mes souvenirs scolaires sont bons ? ( et très loin, je sais, n’insiste pas, ils vont croire que je suis centenaire 🙂

  13. ben je croyais que je ne pouvais pas commenter vois-tu…
    je suis désolée de t’avoir penaudisée ! 🙂
    et je viendrai plus souvent (même si je blogue de moins en moins)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s