Du tac à la tuque

Classique tuque canadienne totalement fourrée de duvet d'oie

Moins 17 Celsius, écrit ce matin l’amie de Sainte Hyacinthe ( Québec)  et elle ajoute : c’est pas le moment d’oublier la tuque.

La tuque, déformation québécoise de “toque“, est un bonnet, un chapeau, un passe montagne, un couvre-chef,  un truc en poils et peut-être en plume, va savoir. C’est de toute évidence, LE truc dont  toute personne humaine prétendant vivre au nord de la frontière New-York/Québec ne saurait se passer pendant, bof, disons la plus grande moitié de l’année quand ce sont des années normales : 2012 étant l’exception. Car pour l’amie de St Hyacinthe, “il n’y a pas d’hiver” est un leitmotiv revenant à longueur de semaine depuis novembre 2011. Et les tuques restaient  dans le placard

Jusqu’à ce matin, car il fait – 17 présentement, ouf ! Certainement plus, heu, moins encore au moment où je mets en ligne, soir tombé.

Le Saint Laurent ? Je ne sais pas, mais à ces températures, il est certainement gelé d’un bord à l’autre.  Courage, amis du Québec, encore deux petits mois et on en verra la fin

  1. Mais oui, mon amie d’Aubagne se gèle et ses chats refusent de sortir, rentrent au galop, c’est marrant, sur les videos qu’elle m’envoie, ils secouent leurs pattes sur le tapis de l’entrée, et font grise mine, les minous.
    Mais ça ne va pas durer ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s